Économie

Mine:   La Constitution et l'Assemblée nationale ont été suspendues en décembre 2008 après le putsch du CNDD avec à sa tête le capitaine Moussa Dadis Camara. La nouvelle constitution a été adoptée par le CNT le 19 avril 2010 et promulguée par le Général Sékouba Konaté par décret le 7 mai 2010.

L'ONG Transparency International classe régulièrement la Guinée parmi les pays où la perception de la corruption est la plus forte. Le thème de la corruption est récurrent dans les revendications des opposants et des organisations syndicales en Guinée.

Cour suprême:

La plus haute autorité judiciaire est la Cour suprême, qui dispose de trois chambres :

  1. une chambre constitutionnelle et administrative ;
  2. une chambre judiciaire (civile, pénale et économique) ;
  3. une chambre des comptes.

Le premier président de la cour suprême est en même temps président de la chambre constitutionnelle et administrative.

Démographie:

Les populations guinéennes sont très affectés par la traite commencée au XVIe siècle et menée au-delà de 1850, via la conquête coloniale française et les travaux forcés qu'elle a apportés. La deuxième guerre mondiale (1939-1945) a fragilisé la France colonisatrice et poussé celle-ci à abolir finalement les travaux forcés en 1945. Avec cette date commence l'essor démographique, la population doublant tous les 20 ans.

À la suite de l’indépendance du 2 octobre 1958 et du départ des crédit et des cadres français qui faisaient fonctionner l'administration et l'économie guinéenne, la Guinée fut déstabilisée. La période de dictature de Sékou Touré a ensuite poussé de nombreux guinéens, notamment des élites, à émigrer vers les pays développés.

En 2012, la Guinée compterait environ 10 884 958 habitants et pourrait dépasser les 11 millions au cours de 2013.

Selon le World Refugee Survey 2008 publié par le Comité américain pour les réfugiés et les immigrants, la Guinée abritait près de 29 300 réfugiés et demandeurs d'asile à la fin de 2007, provenant surtout du Libéria, de la Sierra Leone, et de la Côte d’Ivoire. En décembre 2007, 11 900 réfugiés vivaient dans un des trois camps, Lainé, Kouankan I et Kouankan II, et au moins 9 300 réfugiés vivaient dans des zones urbaines.

En 2011, les estimations de populations réfugiées du Libéria et de Côte d'Ivoire sont respectivement de 5 400 et 6 552, soit pratiquement 12 000 personnes.

La population guinéenne est relativement jeune puisque 61,6 % des Guinéens auraient moins de 25 ans, tandis que la tranche 25-54 ans constituerait 30,4 % de la population. Les 8 % restant étant constitués de guinéens agés de plus de 54 ans, dont seulement 3,6 % agés de plus de 65 ans.

 

 

Quellenhinweis: Wikipedia